Menu
Menu

Le « Club-Feelings » au collège Rabelais de Poitiers

En 2013, nous avons proposé d'animer un « Club-Feelings » au collège Rabelais de Poitiers, en partant de l'hypothèse suivante : si l'on permet à chaque élève de se retrouver en situation d'écoute, d'attention vis à vis de soi et de l'autre, alors les réactions d'intolérance générant parfois des comportements violents en milieu scolaire pourraient être diminuées.

Après avoir présenté le projet et obtenu l'approbation de la principale du collège et de l'équipe pédagogique, l'atelier a pu se mettre en place d'avril à juin 2014, pour 10 séances hebdomadaires d'une heure, entre 13h et 14h.

Il a été présenté aux élèves du collège sous la forme d'un « Club-Feelings », expérience de jeu et de création d'un jeu de société basé sur l'empathie, animé par un infirmier "psy" et un pédopsychiatre, les concepteurs du jeu.

Des élèves de différentes classes de la 6ème à la 3ème ont participé, ayant pris connaissance de l'atelier par les professeurs ou par leurs camarades. Nous avons pu constater au fil des séances, une fluctuation du nombre d'élèves, (entre 6 et 12), avec un "noyau" stable d'environ 6 élèves assistant à la majorité des séances. Étaient également présents sur leur temps libre, 6 professeurs, (avec une moyenne d'environ 4 professeurs par séance sur la durée de l'expérience).

La vie du collège en ce dernier trimestre, (voyages de fin d'année, ateliers sur le même créneau horaire, cours à rattraper,…) ainsi que la non désignation d'un professionnel du collège Rabelais comme référent de l'atelier, et garant de son cadre dans l'organisation du collège, ont été facteur d'irrégularité dans la fréquentation de l'atelier.

Au cours des séances, chaque élève a été amené à identifier puis à exprimer son propre ressenti face à une situation choisie, puis à deviner l'émotion ressentie par son partenaire de jeu dans cette même situation. La circulation de la parole et la "mise en pensée" des émotions, a permis une prise de distance des élèves avec leurs réactions affectives propres, sans aucun débordement, et une meilleure compréhension mutuelle : il semble que la majorité des élèves ait pris conscience que le point de vue de l'autre est respectable, et qu'il peut même aider à dépasser certains préjugés.

Les élèves ont participé avec les concepteurs et les professeurs à la création des situations, utilisées lors de la séance suivante. Certains élèves élaboraient des situations le plus souvent en lien avec leurs propres préoccupations, leur permettant de les partager ainsi sans danger avec le groupe.

La dernière séance (le 24 juin 2014), en présence des élèves et des professeurs participants, de la principale du collège, de la principale adjointe et de la CPE, a été l'occasion d'un bilan de l'atelier, où chacun a pu exposer son vécu de l'expérience.

Trois boîtes complètes du jeu, dont les situations ont été créées par les élèves, ont été remises ce même jour au collège, afin de pouvoir être utilisées par la suite.